HANDLE WAKE UP TOUR : Cassage de lac en vue !

#pouleiscool

HANDLE WAKE UP TOUR : Cassage de lac en vue !

Crédit photos : Camille Baud

Le bus magique de Handle Wake Magazine a fait étape au Poule Wake Park mercredi 15 juillet armé d’une bonne team de vainqueurs. Raynald Tanny, chauffeur/manager et super Nanny du trip nous confie que cette aventure n’est pas de tout repos : un câble par jour avec son lot de démos, de shootings et de kilomètres à parcourir… c’est effectivement un programme audacieux.

Thomas Girel et Camille Charraud sont les premiers à se jeter à l’eau en milieu d’après-midi pour réviser leurs gammes. On reste pantois devant une telle aisance. Bobby Carne prend le relais et s’impose après plusieurs essais avec sa signature : Back Mobe into the Bank, agrémenté d’un petit Melon grab pour les miss.

C’est au tour de notre chouchou Maxime Giry de prendre le palo et il est bien déterminé à réussir un Flip into the Bank, figure audacieuse que le seul wakeskater de la tournée n’a encore jamais réussi à plaquer. Il ne lui faudra finalement que trois essais pour accomplir sa mission sous un tonnerre d’applaudissements.

Enzo Asseraf arrive sur le ponton et le jeune n’a pas dit son dernier mot. Après quelques tours de repérage et de shred il se risque au gap du Pool et s’en sort sans encombre. Il sera ensuite le premier de l’histoire à réaliser un 720 en gap. A priori équipé de rotules en acier, il double la mise et gape le kink en tantrum à plusieurs reprises puis demande timidement si quelqu’un veut rider… évidement personne ne se sent de lui succéder.

La journée se termine avec une free session lors de laquelle les miss du Poule n’ont pas froid aux yeux. Lorsque la nuit tombe, le légendaire « tire-fesse » ouvre ses portes avec une installation son et lumière digne des meilleurs clubs tropéziens. Bobby ne brillera pas au Capitaine Paf mais il excellera dans la Tiny House qui garde désormais l’empreinte d’une nuit agitée. On regrette de ne pas avoir pu admirer le grand Clément Nadal à ses œuvres. Blessé, il ne pourra pas s’exprimer sur le spot cette fois-ci.

Au petit matin, la colo quitte le camp avec des souvenirs plein la tête et on se languit déjà de revoir ces frimousses qui ont transformé notre pool gap en un modeste kicker.